Wolf and Dragon

Le pays du Fantasy!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le son du bonheur

Aller en bas 
AuteurMessage
sasa0808
Modératrice
avatar

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 23
Localisation : Retourne-toi ...
Avertissements : Kroooooh !
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Le son du bonheur   Mar 22 Avr - 19:42

Mwarf, je poste ma 3e fanfic iciw ^^
Je préviens de suite, on m'a déja fait la remarque : Si vous êtes facilement choqués, évitez cette fic. Il y a un passage vomitif assez trash pour les gens de 10 ans dans le chapitre 2, et le chapitre 3 porte sur la prostitution. Donc voilà %)

Le son du bonheur

1987, dans la région de Sinnoh :

« - Elise ! Dépêche-toi, je t’en prie !
- John . . . mais je fais ce que je peux, et Delcatty est surement malade ...
- Je suis sure que tu ne veux pas te faire repérer, tout comme moi. Alors ... allons-y ! »

La dénommée Elise manqua de trébucher. Quelques cailloux tombèrent dans le ravin, et devinrent vite peu visibles. Comme avalés par le noir ambiant. Comme happés par la fraicheur de l’aube. John attrapa sa jumelle par le bras. Il lui fit traverser un pont de pierre datant de plusieurs siècles, menaçant de s’écrouler. Une petite Delcatty suivait les jumeaux. Elle semblait très affaiblie.

« - John ! Arrêtons-nous ... Delcatty à faim, et elle à soif ... dit Elise en reprenant son souffle.
- Tu sais bien que je te protègerais quoi qu’il arrive. Mais là, on met nos vies, même si elles ne valent pas grand-chose, en danger !
- Oui ... »

La jeune fille ouvrit grand ses deux yeux d’une jolie couleur vert émeraude, et regarda ce qui les attendait. Un ravin. De grande taille. En face, il y avait un arbre. Pour vivre, elle allait devoir sauter. Sur l’arbre. En espérant ... que la branche ne cède pas ...
Elle se rendit compte d’une chose évidente.

La Delcatty s'arrêta un moment auprès d'Elise et observa la situation. Les humains pouvaient sauter jusqu'à cette fine branche, avec leurs longues jambes. Mais pas elle. Elle sautait loin, pas haut, et là la hauteur comptait beaucoup plus que la longueur. Elle sautait, elle mourrait au fond du ravin. Elle restait, elle mourrait de faim, avec une petite chance d'en sortir vivante. Petite, mais bien présente ...

« - Non ! Delcatty ! On va ... »

Elise se mit à pleurer. La Delcatty fit son choix, difficilement, mais elle le fit. Elle fit tinter une dernière fois la clochette qu’elle avait autour du cou. Puis s’en alla, les yeux noyés de larmes qui ne voulaient tomber sur le sol rugueux sous ses pattes.

« - Delcatty ! Non ! Ne pars pas ... ne t’en va ... pas ... je t’en prie ... reviens ! »

La jumelle tendait une main désespérée vers le pokémon chat qui s’enfuyait. Des larmes roulaient sur ses joues. Elle répétait sans cesse ses dernières paroles. Elle serra ses genoux tremblant contre sa poitrine. Et elle enfouit sa tête dedans, et pleura tout ce qu’elle pouvait donner.

Chapitre 1 : Une vingtaine d'années plus tard ...

2007, Eternara :

La jeune femme marchait lourdement. Le marbre sur le sol ne faisait aucun bruit, de toute façon, il était neuf. Elle ne voyait rien. Son regard était flou, trouble. Ses larmes inondaient ses yeux irrités et rouges.

« - Je vous conseille de mettre vos lunettes, mademoiselle Elise. Et de manger. Vous êtes très maigre.
- Oui ... »

Elise posa sa main sur une colonne de pierre. Elle saisit la paire, et la plaça devant ses yeux. La "gouvernante" lui avait demandé de manger, mais elle n’avait pas faim. Son repas était composé de mille deux cent calories environ. Beaucoup, beaucoup trop. Elise se limitait à 500 par repas. Elle notait tout ce qu’elle mangeait sur un carnet qu’elle trainait partout. De la barre de céréales « light » à la pomme, tout était noté, bien listé.

« - Oh non ... »

La femme attrapa une balance, et se pesa. Horreur, elle avait pris sept cent grammes en deux jours ! Surement à cause de ce yaourt pas allégé. Elise s’affala sur une chaise, et un os craqua. Les traits tirés, la fatigue bien visible sur son visage et la peau sur les os, cette fille ne ressemblait à rien. Même pas a une gamine. Ni une vieille. Rien. Un corps sans âme, peut-être. Sans désir de vivre surtout. On sonna, mais Elise n’ouvrit pas. Alors elle entendit une clé tourner.

« - Elise, c’est moi. C’est Cynthia. Tu es là ?
- Non ... je ne suis pas là ...
- Elise ... tu n’as pas faim ?
- Non ...
- Je venais te proposer de faire du lèche-vitrines avec moi. Viens ! Ca te changera les idées !
- Mais je ne veux pas aller dans un salon de thé, ou je vais vomir. »

Cynthia rigola, mais d’un rire très inquiet. Elise ne disait pas ça pour rire. Son état empirait beaucoup. La jumelle attrapa son sac, mit machinalement des chaussures puis sortit de son appartement en compagnie de son amie. Arrivées dans un magasin de haute couture, les jeunes femmes se mirent à discuter, autour d’un verre ... d’eau.

« - Elise, raconte-moi ce qui te turlupine ainsi.
- Trop long ..., soupira Elise.
- Raconte, ou je t’oblige à manger une glace à la vanille ! »

La concernée fit une mine de dégout. Les blagues idiotes de son amie ne la faisaient plus rire. D’ailleurs, plus rien ne pouvait lui redonner son ancien sourire. Un sourire si beau ...
Après une longue pause, Elise raconta un peu de son enfance.

« - Mais ... pourquoi ? Pourquoi t’es tu sauvée ?
- On nous maltraitait. Enfin ... pas physiquement. Psychologiquement. On se moquait de nous. Ses gens n’étaient pas nos parents adoptifs. Ils n’étaient qu’une figure de haine pour nous deux. La nourriture se faisait rare, les tensions plus fortes, les tortures plus blessantes. Je ne vivais plus ainsi. Je déteignais. Jusqu’au jour où je l’ai vue. Il l’avait jeté dehors, sous prétexte qu’elle perdait ses poils. Elle m’a joué sa douce mélodie, son grelot chantait tout le temps. Et quand nous nous sommes enfuis, elle est venue. Mais elle n’est pas restée longtemps ...
- Je comprend, Elise, mais ne devrais tu pas ...

Elise s'était levée. Dans un magasin de hi-fi à côté, il y avait en vitrine des écrans géant qui diffusaient une interwiew d'un célèbre PDG. Elise se tenait devant l'écran, scotchée, et quand elle aperçut le visage de son frère à l'écran, les larmes lui montèrent aux yeux. Quand le journaliste demanda à son frère si il avait un message à faire passer, voilà ce qu'il répondit :

" Je voudrais dire à ma soeur jumelle que je vais bien, je la vois trop peu, avec tous ces déplacements. Elise, tu me manques terriblement ... "

La concernée n'écouta pas la fin de la phrase, déja partie en pleurant vers chez elle.

" Tu me manques aussi, John ! "



Tata ! Voilà le prologue et le chapitre 1, sachant qu'en ce moment je viens de finir le chapitreuh 4.
La suite ? Quand j'aurai eu au moins un commentaire *s'enfuit*

_________________

"Ou es-tu ? Ne t'inquiète pas, je finirai par te trouver !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Wolf
Admin
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 868
Age : 26
Localisation : Dans une forêt profonde, régnant en maître sur mon territoire.
Avertissements : Je ne peux pas en avoir, moi! :P
Date d'inscription : 03/05/2007

MessageSujet: Re: Le son du bonheur   Lun 12 Mai - 13:15

Déplacé, c'est pas à sa place...

_________________


Lame dans l'ombre,
Souffle de vent,
Assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfanddragon.1fr1.net
sasa0808
Modératrice
avatar

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 23
Localisation : Retourne-toi ...
Avertissements : Kroooooh !
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Le son du bonheur   Lun 12 Mai - 13:40

Je vais prendre ça pour un com Cheese!

Donc je préviens, si vous craignait les trucs genre vomitif/anorexie, lisez-pas parce que euh Taré

Chapitre 2 : Traumatisme intérieur


Elise était rentrée dans son appartement de luxe. Allongée sur un des nombreux canapés, un gant froid sur le front, elle regardait le plafond. Ah, John, tu me manques tant ! Elle repensa un moment à son passé. Elle ne se souvenait de presque rien. L’image d’un ravin, de ses larmes lui revint un instant. Cynthia arriva à ce moment là, un repas dans les mains.

« - Tu veux qu’on partage ? »

Elise fit un bref « oui » de la tête. Pour une fois, elle avait faim. Elle mangea 2/3 choses, se leva et prétexta une envie pressante. Arrivée au W.C., elle s’assit sur le carrelage froid, hocha la tête pour elle-même et se dit :

« - Je peux le faire. Je dois le faire ! »

Sure de son choix, elle se leva, introduit son index dans sa gorge, et se fit vomir pour la première fois. Sa gorge la brulait beaucoup. Elle sentait les fortes remontées d’acide. Après avoir rincé sa bouche, elle se remit à table, bu quelques verres d’eau mais ne mangea plus rien de la journée. Le lendemain, Cynthia était encore auprès d’Elise. Se baladant dans l’appartement, elle remarqua des petites taches un peu partout. Une odeur. Elise toussait énormément depuis hier, et avalait verre d’eau sur verre d’eau. Alors, Cynthia compris.
Elle appela un médecin, qui se rendit au domicile d’Elise. Après l’avoir auscultée, il déclara avec peu de tact que l’hospitalisation était urgente. Elise, fatiguée mais déterminée, cria un « Non ! » et s’enfuit à l’autre bout de l’appartement. Le médecin tenta de la suivre et l’attrapa par le bras. Elise qui ouvrit des grands yeux, lança 4 pokéballs. Il en sortit un Insécateur assoiffé de sang, un Démolosse teigneux, une Grahyena imposante et un Galekid, qui sous ses airs mignon, était une petite machine à tuer.
Il y a 2 ans de cela, Cynthia avait offert à Elise un Galekid un peu têtu. Il avait été éduqué pour tuer, pour trahir. Elise ressentait une affection passagère pour lui. Les autres n’étaient que des outils, des objets à sa merci pour elle. Elle cria :

« - Vous dormez ... attaquez, bon sang ! »

Les 4 pokémons se jetèrent sur l’homme. Après une douloureuse bagarre séparée à l’aide de plusieurs personnes, on eu le bilan. Elise n’avait rien. Par contre, le médecin était très amoché. Plusieurs doigts cassés, l’épaule droite déboitée, et les petites artères autour de certains doigts arrachées. Cynthia était encore là. Essayant de calmer Elise, elle ne fit que provoquer sa colère. Elise lança une deuxième fois ses pokémons. Mais elle ne put attaquer son amie. En levant le bras sur elle, les yeux remplis de rage, elle s’était soudainement arrêtée. La jumelle demanda à Cynthia de sortir. Quelques heures plus tard, Cynthia reçu un SMS automatique des caméras de surveillance le l’appartement lui indiquant que Elise s’était enfuie.

Bon ben pareil, la suite après un zentil com euh *se pend*

_________________

"Ou es-tu ? Ne t'inquiète pas, je finirai par te trouver !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Wolf
Admin
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 868
Age : 26
Localisation : Dans une forêt profonde, régnant en maître sur mon territoire.
Avertissements : Je ne peux pas en avoir, moi! :P
Date d'inscription : 03/05/2007

MessageSujet: Re: Le son du bonheur   Ven 23 Mai - 19:49

Comme je te l'avais dit, je l'avais lu sur bip... Razz

Donc bon, moi je dis original, ça sort de l'ordinaire!

_________________


Lame dans l'ombre,
Souffle de vent,
Assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfanddragon.1fr1.net
sasa0808
Modératrice
avatar

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 23
Localisation : Retourne-toi ...
Avertissements : Kroooooh !
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Le son du bonheur   Sam 24 Mai - 18:11

Celui-là normalement tu l'a pas luuuuuu !

Chapitre 3 : Une vie de débauche

Elise se réveilla doucement. Elle se trouvait dans un lit deux places complètement défait, et constellé de petites taches d’un liquide blanchâtre qui avait séché. Elle se leva, et remarqua l’aiguille posé sur une table. La jeune fille songea à jeter cette aiguille non utilisée, puis repensa aux paroles de son employeur.

Flash-back :

« - Elise, tu sais ...
- Mmh ? Oui, qui y’a-t-il ?
- Les clients disent que tu n’es pas assez « performante » ...
- Quoi ? S’exclama t-elle.
- Ca m’ennuie, je ne voudrais pas te virer, tu es une pièce de choix ... je voudrais te proposer quelque chose. Tu vois ce coffret, là-bas ?
- Oui, dit Elise en tournant la tête vers l’objet indiqué.
- Il contient une aiguille et une substance qui augmente la production d’œstrogène et autres hormones de ce genre. Apparemment, ça marche assez bien. »

Il lui tendit le coffret, qu’elle attrapa avec ses mains sensuelles mais décharnées.

« - Je vais essayer.
- C’est bien ! Je vois que tu aimes donner du plaisir aux gens !
- J’ai surtout besoin d’argent, pensa t-elle en remerciant l’homme. »

Fin du flash-back.

Elise soupira en attrapant un verre d’eau. De l’argent, elle en avait bien besoin .... Elle avait beau multiplier les soirées ici, la somme diminuait lentement. Et surtout, les hommes préféraient les femmes moins maigres, avec plus de formes. Elle avait beau manger, manger et faire de l’exercice pour augmenter sa masse musculaire, elle reprenait peu de poids. Elise attrapa un jean noir et un haut blanc transparent et décolleté, et commença à se déshabiller. En enlevant sa nuisette en satin, elle remarqua les marques des bandes de cuir d’hier sur son ventre. Elle soupira une fois de plus, s’habilla, attrapa ses ballerines blanches et sortit dans la rue, dans l’espoir de trouver des clients.

Cynthia était allongée sur un banc en plein parc public. Elle ne pensait à rien. Même pas aux gens qui passaient devant elle et se demandaient ce qu’une jeune femme comme elle pouvait bien faire avachie sur un banc, et qui remarquaient parfois les larmes qui brillaient tout en coulant le long de ses joues. Un vent froid et mordant soufflait et emportait avec lui les larmes de Cynthia, tout en la faisant frissonner. Elle se leva, et décida de retourner au commissaire de police pour savoir s’il avait retrouvé Elise. Oui, parce que c’était ça qui faisait pleurer son amie. Disparue sans laisser de trace, en emportant ses pokémons et de l’argent. Sans même ... un au revoir ... un mot ...

Elise avait rendez-vous chez un homme vers 16h30. Elle prit la seringue glissée dans son sac, et s’apprêta à se piquer une veine du bras lorsqu’une voix résonna dans sa tête.

« - Ne fais pas ça ! Ne te drogue pas pour ce type ! C’est cette vie que tu veux ? Cette vie ... de traînée ?
- Je ne fais ça que pour l’argent. Pour ... me payer ça ... et la revoir ! »

La jeune femme enfonça l’aiguille dans son bras maigre. Le produit la brulait beaucoup, mais elle rangea la seringue dans sa poche, et frappa sur la porte en bois massif qui était l’entrée de chez cet homme avec qui elle avait rendez-vous. La porte s’ouvrit instantanément, et l’homme empoigna Elise.

« - Viens, ma jolie ... »

Elise était habituée. Elle devait se débattre, soi-disant. On lui avait souvent confié que cela excitait les clients. Elle se débattit donc, et gifla l’homme de sa petite main. Il l’empoigna encore plus fort, et la traîna jusqu’à sa chambre. La jeune femme resta muette de stupeur lorsqu’elle vit la horde de jeunes hommes dans la pièce.

« - Ses hommes me payent, ma jolie, pour t’avoir. Et moi je te paye en façon de ce qu’ils me payent. Alors déchaîne-toi ! Ce sont tous des célibataires ... certains sont même encore puceaux ... ils n’attendent que toi !
- Mais vous êtes fou ! Il y en a combien ? Vingt, peut-être plus ! Je ... je ne peux pas !
- Ma jolie, tu ne comprends pas le mot « ils t’attendent » ? dit l’homme de sa voix bourrue, tout en donnant une grosse gifle sur la joue d’Elise. »

Il la poussa sur le lit en un coup de pied sur la colonne vertébrale. Il sorti divers accessoires : de nombreuses ficelles, des menottes, des bandeaux, des chaînes ... Tout en attachant Elise aux pieds de lits, il ferma les volets et sortit de la pièce en souriant. Un beau paquet d’argent l’attendait. Dire que cette fille c’était faite embobinée ...

Un adolescent regardait par la fenêtre avant de s’être fait violemment repoussé par les volets. Il avait remarqué Elise, tous ces hommes ... il devait faire quelque chose. Keippaku, c’était son nom, descendit et couru vers le commissariat le plus proche.


Ce chapitre, c'est mon esprit pervers qui est resorti Cheese!

_________________

"Ou es-tu ? Ne t'inquiète pas, je finirai par te trouver !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Wolf
Admin
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 868
Age : 26
Localisation : Dans une forêt profonde, régnant en maître sur mon territoire.
Avertissements : Je ne peux pas en avoir, moi! :P
Date d'inscription : 03/05/2007

MessageSujet: Re: Le son du bonheur   Dim 25 Mai - 19:21

Citation :
Ce chapitre, c'est mon esprit pervers qui est ressorti Cheese!

Effectivement, tu t'es déchaînée... Tu fais dans le trash? Taré

_________________


Lame dans l'ombre,
Souffle de vent,
Assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfanddragon.1fr1.net
Night Dragoon
Fée
avatar

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 128
Age : 23
Localisation : En pleine contemplation des astres sur une montagne.
Avertissements : 0/3
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: Le son du bonheur   Mer 28 Mai - 21:40

Question bête : Qu'est ce que Keippaku fichait accroché aux volets d'une maison ? C'est un peu... étrange non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le son du bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le son du bonheur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sainte Thérèse de Lisieux ! Il est des âmes sur la terre qui cherche en vain le bonheur..
» Les huit marches vers le bonheur de Bhante Henepola Gunaratana
» Contrairement à ce que tu crois, ton bonheur ne dépend pas de l'attitude des autres.
» Vos citations ou textes ou images sur le bonheur et la joie
» Actualités: Le bonheur fait des progrès dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf and Dragon :: Divers :: Fanfics générales-
Sauter vers: